anne bernard2


Je n’aimerais pas les gens

J’aurais un appétit d’enfant

Je m’enticherais des traiteurs

J’enrichirais les chausseurs

Je serais handicap quarante cinq

Mon écoute serait feinte

Je me sacrifierais dans l’attente

Je ne dormirais pas sous la tente

Je voyagerais sur mon canapé

Je lirais des policiers

Je craindrais le noir et les couleurs

Je redouterais le défilement des heures

Je ne serais pas vilaine

J’aurais les soupirs d’une châtelaine

Je conforterais mes a priori

J’aurais un langage joli

L’espagnol serait mon préféré

J’initierais à l’anglais

J’aurais un sens politique esthétique

Je serais prompte à la critique

J’aurais des idées très soignées

Je serais toujours bien coiffée

Je ne supporterais pas la poussière

Ni ma mère ni ma belle-mère

Je ne pourrais être méchante, si, j’ose

Je serais souvent sur le mode pose

Je prônerais l’élitisme

Je bannirais le sentimentalisme

Mon époux serait ma mission

J’aurais quelques relations

J’abandonnerais la plupart de mes rêves

On pourrait voir les feux de l’amour sur mes lèvres

Je serais sensible aux diamants

J’adorerais les beaux vêtements

Je sentirais toujours bon

Javel serait mon parfum de prédilection

Je penserais de mon fils qu’il est le meilleur

Je parlerais à ma fille quand elle serait majeure

Sous la bise, je deviendrais banquise

Tout va bien serait ma devise

La diplomatie serait ma façon

Je serais toute entière discrétion

Je prendrais soin de mes mains

Je suivrais un seul et même chemin

Je trierais mes souvenirs

Je ne saurais pas partir

J’affectionnerais les belles voitures

Je collectionnerais les ceintures

J’aurais un emploi du temps dément

Médecin, Leclerc, shopping, pas d’amant

Je ne raconterais pas d’histoires

Je donnerais très peu d’espoir

J’aurais une attirance pour le vide

Mes poubelles en seraient avides

J’aurais peur des huskies

Ma drogue s’appellerait whisky

Je maudirais les conflits

L’argent serait mon paradis

Je ferais une croix sur l’éternel

Je ne serais pas manuelle

Je vivrais anxieuse

Assurément pas courageuse

Je serrerais continuellement les poings

J’irais rarement au jardin

… si j’étais … ma … vipère