anne bernard2


Tristesse profonde
En mal de secondes
Tristesse
Féconde
En multiples mondes

Un jour sur cette aire je me suis effondrée
Vouloir la tendresse
Ne pouvoir l’assurer

Elle est ronde
Infertile
Cette tristesse engrangée
Elle est sombre infantile
Cette tristesse réveillée

Appellation
Je fonds
Sérac
A toujours questions

Fragilement forte
Elle tente de se dresser
Aujourd’hui
Imparfaite
Elle ne peut glisser
Jusqu’à l’arbre
L’enlacer

M’embraser
Eclats et sanglots
Déchirements et cris d’enfant
Solitaire
Sans chair
Pulsion mortifère
Réagir réfléchir se souvenir et rire …

Aujourd’hui tristesse ratifiée
Je ne fais que pleurer
Les premières sont venues
Par inadvertance
Amicalement
Sans clairvoyance
Les eaux sont montées
Je me suis échappée
Cascade, jaillissement d’une fontaine
Le puits est présent, noir, vert, bleu, orange
Réponse en couleur
Douleur inextricable qui libère ses mots
Aussi sincères qu’ils me laissent désenchantée
Intacts je suis désemparée

Tristesse profonde
D’un travail en création
Tristesse féconde
En recherche de dimensions

Le son si rond
De cet alliage mystérieux
Attise en moi l’écho d’une vie lointaine
J’enchaîne
Ni père ni mère
En noir ou blanc
Le ventre gronde
Le cœur se tend
La tête se fend
Respiration impossible
Je saigne

Nid dédié aux papiers et crayons
Sans images ni absences
Quelques souvenirs
Mi trésors mi jouets
Parfums
Lointains

Contenant
Tenu
Enfermé
Féminin
En quête
Universelle

Et si demain
Le sourire s’entête
Et si demain
Le sang
Chante
A tue-tête