anne bernard2

Cette mort que j’ai souhaitée

La vivre encore

Dire cette tristesse sans fin

Pleurer son parfum

J’ai beau vouloir

J’ai beau tenter

J’ai beau feindre et croire

J’ai beau marcher

Je suis piégée

Je veux te laisser partir Fantôme

Ouvrir ce cœur et te laisser passer Symptôme

C’est fini

Tu n’es plus maladie

Qui me dévore Dont je m’inquiète Que je décore Qui me guette

C’est fini

Je vais jouir de ma vie

Et te regarder passer

Sans regrets et remords

Mauvais amis sans ors

Et tandis que le rouge sang lui aussi se perd

Enfer

Son arôme puissant me prend et m’oscille

Tant gracile comme en lutte je m’ouvre

Et là je parle sans volutes

Parole-décharge Parole-mélange

Parole-envie

Tu n’es plus folie

Qui me dévore Dont je m’inquiète Que je décore Qui me guette

En vie

Je veux danser ma liberté

Balader mes utopies

Je vais chanter les nuages

Sourire à la page et laisser parler les vers avides

Mourir les ascarides

Il est temps

Mes rires deviennent urgences

Mes désirs renaissent sans violence

C’est un vent

Une caresse de confiance

Un élan

Tu n’es plus litanie

Qui me dévore Dont je m’inquiète Que je décore Qui me guette

Un élan

Singulier enfermé

Je t’envole le premier

Evasion pour un salut

Je reprends ma vie

Sans prélude je l’attrape

Je la retrouve et l’enlace cent mercis

Et quelle grâce

Je me sens gourmande légère vivante

Si vibrante

Messagère en demande

De picotements inattendus

D’espaces fertiles

De joyeux bouleversements

Tu n’es plus ligne de vie

Qui me dévore Dont je m’inquiète Que je décore Qui me guette

Bouleversements

Changer de compartiment

Incarner mes pensées en toutes saisons

Délivrer mes territoires en toutes émotions

Ne pas s’affoler

Respirer

Doucement

Vivement

Comme une enfant retrouver l’innocence

Etrange préparation

Affûter mes sens pour un combat sans rémission

Sans adversaire

Rêver de l’autre côté du miroir

M’épanouir sans purgatoire

Mystère

Vivre

Tu n’es plus mélancolie

Qui me dévore Dont je m’inquiète Que je décore Qui me guette

Vivre

Et sourire

Je sors de mon nid douillet et désuet

Regarde je franchis le pas j’étends mes elles

Naturelle je m’élance

Nouveaux paysages immenses intenses

Et passages

Nouvelles gens

Démons et anges un peu étranges inconnus

Un royaume se découvre je me mets à nu.